À l'apogée du vin !

Un article anniversaire, pour célébrer les un an de la cave d'Enora, une chineuse d'artisans vignerons qui fait le bonheur des palais grenoblois !

enoraleroy-apogee-du-vin

L'Apogée du vin

Enora Le Roy, caviste indépendante, chineuse d'artisans vignerons

 

J'ai eu le plaisir de rencontrer Enora le temps d'une soirée dans sa cave, puis je suis moi-même devenue consommatrice de ses vins et ateliers - ce sont les risques du métier ! Outre le super sourire de la caviste, la particularité de cette petite adresse ce sont les vins proposés. Enora a couplé sa passion à une formation académique, technique et pratique, ce qui fait d'elle une conseillère hors pair. Je me suis donc intéressée à son apogée.  

À La Folie : Peux-tu me raconter ton parcours et ton histoire de caviste ?  

Enora : J'ai des parents qui sont assez fous de vin et qui m'ont toujours fait déguster. Ils partaient beaucoup les week-ends à la rencontre des vignerons et lorsqu'ils rentraient, ils nous en parlaient et nous faisaient goûter. Je pense que c'est en parti grâce à eux que je suis tombée dans le vin. Pour le whisky, c'était pareil. Mon père est un fan ! 

Pour ce qui est de mon parcours, j'ai d'abord fait du droit, j'ai travaillé un peu, puis je me suis rendue compte que je voulais pousser plus dans le vin et avoir un 'métier passion'. Je crois qu'il y a une vraie tendance de ce côté-là !

Je suis allée à Montpellier reprendre des études en Commerces et Marketing International des Vins, il y a 4 formations de ce type en France. La première étape, c'était la dégustation. 

Puis j'ai intégré un vignoble, dans la Vallée du Rhône, à Vacqueyras. À cette occasion, j'ai lancé un concept de société qui distribue des vins de petits vignerons qualitatifs de toute la France. J'ai créé la société de A à Z, en allant à la rencontre des vignerons, en les sélectionnant et en dégustant leurs vins. J'ai ainsi découvert des vins de toute la France, et même de l'Italie. 

J'ai voulu aller encore plus loin dans l'aspect technique, avec un certificat en œnologie et viticulture à l'Université des Vins de Suze La Rousse. L'œnologie ce n'est pas la dégustation, ce sont surtout les sommeliers qui font de la dégustation. L'oenologie, c'est la transformation chimique du raisin en vin : les enzymes, la fermentation, les méthodes, l'influence des levures, du bois, les filtrations, etc. C'est au final très technique et chimique ! Avec la viticulture j'ai pu voir un autre aspect du métier, je suis allée dans les vignes, tailler les vignes, prendre part à des manifestations et des événements dans les vignobles, pour une meilleure compréhension du terrain. 

J'ai travaillé plusieurs années dans les vignobles, et je voulais monter ma boite. Puisque j'étais grenobloise d'origine, j'ai décidé d'ouvrir ma cave à Grenoble. L'occasion pour moi de faire découvrir les vins pour lesquels j'ai eu des coups de cœur ces dernières années et ainsi continuer de faire déguster. 

Je continue de m'impliquer dans le secteur, je suis jury pour des concours, je remets des médailles, et me déplace souvent pour mon travail. Je suis au Féminalise à Beaune, à Millésime Bio à Montpellier et parfois d'autres - mais cela demande beaucoup de temps en dehors de ma cave.

À La Folie : Quel est l'objectif des concours auxquels tu assistes ?

Enora : Les concours consistent à noter les vins et décider de ceux qui seront médaillés. Ce ne sont pas les vins que l'on retrouve en grande distribution, mais plus chez les cavistes ou en restauration. Il faut savoir que les vins en supermarché et en cave sont différents, ils n'ont pas les mêmes vinifications. Il est rare de trouver des vins parcellaires, dont le raisin provient d'une même parcelle. 

À La Folie : Présentes-tu dans ta cave, des vins que tu découvres en concours ?

Enora : Il y a des vins que je fais rentrer à la cave, car je les ai découverts grâce à un concours. C'est aussi l'avantage pour moi, comme je déguste des dizaines de vins durant les concours, j'ai l'opportunité de faire des trouvailles. Je peux sélectionner les vins de plusieurs vignerons que j'ai goûtés et ainsi faire tourner ma carte régulièrement. 

À La Folie : Quel est le concept de l'Apogée du Vin ?

Enora : L'idée, c'est d'avoir 60 % de vins qui ne bougent pas et le reste des vins en turn-over. D'une part, il y a des vins que je veux faire changer pour avoir de nouvelles références et d'autre part il y a des vins en allocation. Les allocations, ce sont des vins difficiles à obtenir. J'ai la chance d'avoir travaillé dans le vin, ce qui me donne des entrées sur des vignobles où je réserve parfois un an à l'avance des bouteilles. Dans ces cas-là, les quantités sont contrôlées. La taille des récoltes peut influencer les stocks, et même s'il y a des grandes récoltes, certains vignerons sont tellement convoités qu'il y a des listes d'attente pour obtenir leurs bouteilles. Nous pouvons parfois attendre des années pour se procurer les vins d'un vignoble, et ce, même si tu connais les gens, l'étape de réservation reste obligatoire !

À La Folie : C'est de là que te viens le titre de 'chineuse' ?

Enora : Être caviste est un travail minutieux, il faut connaître les bonnes personnes, arriver à sélectionner des produits de qualité et surtout avoir des vins d'exception à tous les prix. 'Chineuse' oui, car je parcours la France à la rencontre des vignerons pour dénicher les meilleurs vins, dans le but de satisfaire mes clients, mais aussi de les surprendre. C'est un challenge à chaque fois, je m'adapte pour répondre aux mieux aux attentes de ma clientèle.


À La Folie : Est-ce qu'il y a des modes dans le vin ?

Enora : On peut noter des tendances dans le vin, elles sont plus lentes que dans d'autres secteurs, mais il y en a, autant pour les rosés, que rouges et blancs. Il y a des couleurs et des goûts, par exemple dans les blancs, on recherche des blancs autour de la fraîcheur, alors que l'oxydatif n'est pas très à la mode, comme les vins jaunes. Pourtant, il y a des vignerons qui joue sur l'oxydation, ce qui veut dire l'oxygène dans le vin, et cela va lui donner une typicité de goûts qui peut être très intéressante. En ce moment, c'est la tendance des vins natures et justement, ce sont des arômes oxydatifs. Cela ne plaît pas forcement à tous les palais, mais c'est ce type de vignerons que j'essaie de proposer. La mode des vins rouges, ce sont les fruités, des vins accessibles et très gourmands, faciles à boire aujourd'hui. Finalement la mode, c'est d'acheter du vin consommé à l'achat. On produit des vins moins aptes à la garde mais à déguster sur le moment. Nous n'avons plus de caves dans nos habitations ou des conditions de stockages optimales, nos modes de consommation ont donc évolué. 

À La Folie : Un vin à nous conseiller en ce moment ?

Enora : J'opterai pour un Terrasse du Larzac de 2013 du Domaine de Montcalmès, un vin élevé 2 ans dans d'anciens fûts de la Romanée Conti.

De mon côté, j'en profite pour vous donner deux trois idées de cadeaux de Noël à destination des amoureux du vin : Enora propose des ateliers de dégustation à prix doux pour les débutants et initiés, pour les joueurs vous retrouvez dans sa cave un jeu de dégustation de vin à l'aveugle pour mettre aux défis vos proches et bien évidemment une sélection de vins et spiritueux chinés avec attention !

Merci de l'accueil Enora, j'en profite pour souhaiter une dernière fois un très bel anniversaire à l'Apogée du Vin.

 

 

Infos pratiques :

L'Apogée du Facebook

Découvrir les ateliers dégustation

Adresse : 8 rue Lesdiguières - Grenoble

Horaires d'ouverture :

Mardi et jeudi : 15h15 à 19h30

Mercredi et vendredi : 10h à 12h45 - 15h15 à 19h30

Samedi : 10h à 12h45 - 14h15 à 19h

IMG_8398.jpg