Chou rôti coco et épices !

Qui dit nouvelle année, dit nouvelle tendance culinaire ! Et dans les tendances culinaires de 2017, nous pouvons découvrir que les régimes végétariens et végétaliens ne vont cesser de se développer et toucher de plus en plus de consommateurs. Je me suis rendue au VeggieWorld Festival de Lyon le 14 janvier 2017, surtout par curiosité. Puis, en étant intolérante au gluten et au lait de vache, la cuisine veggie me permet aussi de trouver de l'inspiration et des astuces culinaires. Contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, il ne faut pas avoir sa carte au club des veggie pour visiter ce salon. Qui que vous soyez, vous êtes le bienvenu, le respect et le bon esprit font bien sûr partie du bon sens. Ce salon était donc l'occasion idéale pour poser des questions, challenger nos aprioris, faire des découvertes parfois bonnes et parfois mauvaises, mais au moins en se créant notre propre opinion. Personnellement, j'était agréablement surprise par le 'fauxmage' imitation Camembert, en revanche, tout le monde n'était pas convaincu et un de nos amis normand était lui outré que l'on mentionne l'appellation camenbert. C'était vraiment une expérience très enrichissante qui a laissé place à la discussion, certains sont plus ouverts à ce régime et d'autre moins. Au bout du compte, nous avions tous un aspect du mode de vie 'veggie' qui nous touchait particulièrement : alimentation, cosmétologie, supers aliments, tisanes, laits végétaux ou recettes. 

Je ne suis ni végétarienne ni végétalienne, cependant, j'ai conscience de ma consommation de viande, c'est ce que l'on appelle être flexitarien. Une conscience qui n'est pour autant pas contrôlée, je ne me dit pas chaque début de semaine quel jour je mangerai ou pas de la viande. Pour être honnête cela se fait naturellement, loin de toute privation. D'un point de vue purement économique, consommer de la viande coûte assez cher, surtout si vous voulez de la qualité. Je préfère donc consommer moins de viandes mais acheter de bons produits. Puis autant se l'avouer, niveau santé être Vegan ou faire une surconsommation de produits animaux... Je ne sais pas ce qui est le mieux. Mais l'époque ou manger de la viande à chaque repas est résolu ! 

Aujourd'hui, mon principal problème vient de toutes ces dénominations, nous sommes obligés de créer des cases pour chacune de nos habitudes de consommation. Encore une fois, il faut être dans un moule, on adore mettre les gens dans des boîtes. Je ne dis pas, c'est génial d'appartenir à une communauté, de pouvoir se reconnaître dans autrui et échanger avec des personnes partageant nos routines ou valeurs. Mais n'est-ce pas encore l'occasion de créer une rupture et beaucoup de confusions ? Lorsque l'on se revendique comme "x" ou "y" on devient un membre actif de notre communauté de référence, et à ce moment-là, nous n'avons plus le droit à l'erreur. Je l'ai beaucoup constaté sur les blogs pour intolérants ou Veggie, comme récemment celui de Morgane Who dans un article où elle explique que suite à des problèmes de santé, elle arrête son régime végétalien. Mes travers de communicante m'ont donc poussé à lire les commentaires, curieuse de découvrir comment sa communauté réagissait à cette annonce. Aucune surprise, une partie des commentaires sont bienveillants et une autre beaucoup moins. Parfois critique, agressif, dénonciateur, accusateur, moralisateur - chacun y va de sa petite remarque. Quelqu'un lui aurait même suggéré de se suicider, il faut s'accrocher ! Ils accusent la jeune femme de vouloir, je cite 'faire le buzz', 'ne pas avoir assez cherché de solutions' et la remette constamment en porte-à-faux. 

Flexitarien, végétarien, végétalien, pesco-végétarien, IG bas, PLV, seignalet, paléo, alterconsommateur, éco-gastronome, locavore, BLABLABLA. On ne sait plus ou s'y retrouver, ni comment se présenter. La moralité de l'histoire, c'est qu'outre nos intolérances et allergies, nos pratiques et régime alimentaires, nos goûts sont aussi un facteur à prendre en compte. Au-delà, l'humain et les produits sont pour moi l'essence même de la cuisine, bien loin de toutes ces dénominations. Nous faisons tous de notre mieux, en fonction de nos moyens. Je vous conseillerai - dans la mesure du possible - de privilégiés les circuits courts, de consommer des produits de saison, locaux et bio si vous le pouvez et surtout, avoir une alimentation variée. La magie de la cuisine, c'est pour moi le plaisir de découvrir et redécouvrir constamment de nouvelles saveurs à partir d'un même plat ou produit. Ce challenge pour créer la surprise, parce que cuisiner 'sans' nous pousse à être d'autant plus créatif. 

Avec les intolérances, nous avons souvent tendances à détourner des plats à base de gluten et lait par exemple, pour les adapter à notre régime alimentaire. C'est ce qui est le plus difficile, en terme de goût, de texture et de visuel. J'explore plusieurs types de cuisine pour rechercher des recettes, cuissons et saveurs dans le but de sublimer mes produits du quotidien. Ma nouvelle trouvaille s'avère être une belle surprise, 'sans' beaucoup de choses. Le chou-fleur est un des produits phare de cette saison, riche en vitamines et oligoéléments, il contribue à une alimentation saine et équilibrée. J'aime travailler le chou-fleur car il offre un large panel de cuisson, d'assaisonnements et accompagnement. Vous pouvez par ailleurs retrouver ma recette de velouté au chou-fleur par ici !

 
 
IMG_0406.jpg

Je me suis ici inspirée de spécialité indienne et je vous propose un chou-fleur rôti aux épices et lait de coco. Vous pouvez l'accompagner de riz, de lentille ou autres légumes grillés. La première fois que j'ai testé ce plat c'était pour un repas entre amis, avec ma copine Julie, végétarienne. Nous étions tous agréablement surpris par l'associations des saveurs. Le chou gardait une bonne tenue, tout en étant très tendre à la fois. De plus, l'effet nutritif de ce plat est non négligeable, vous aurez le ventre plein ! Il ne nécessite pas un trop gros investissement en cuisine, tout en garantissant un effet visuel et gustatif du tonnerre. Une recette facile et économique, à tester de toute urgence. Les photos sont différentes de ce que je vous propose d'habitude, nous avons reçu des lumières ce qui m'a poussé à essayé de nouvelles choses, en espérant que ça vous plaise. 

 

 

CHOU RÔTI COCO ET ÉPICES | 4 PERSONNES


Ingrédients

  • 1 chou-fleur
  • 500 ml de crème/lait de coco
  • 1 oignon
  • 2 gousses d'ail
  • 30g de noix de cajou ou amandes à faire tremper dans l'eau
  • 1cas Huile d'arachide
  • Sel
  • Poivre

Pour le mélange d'épices

  • 1 cas de curry
  • 1 cas de curcuma
  • 1 cac de coriandre en grains (à moudre au mortier)
  • 1 cac de paprika doux
  • 1 cac de cumin 
  • 1 cac de cannelle
  • 1 cac de piment doux

Préparation

  1.  Laver et effeuiller le chou-fleur, vous devez le conserver entier. Placer le chou fleur dans une sauteuse/cocotte allant au four et verser la crème de coco. Pour commencer, je vous conseil de faire infuser le chou fleur dans la coco la veille ou le matin, si vous le cuisiner pour le soir. Ce n'est pas une étape obligatoire, mais ceci donne de la tendresse au chou fleur et les arômes de la coco. Faites donc au mieux, mais quelques heures à l'avance serait super.
  2. En même temps que le chou fleur, faites tremper les noix de cajou dans de l'eau à hauteur pour les mixer et en faire une purée plus tard. Si vous loupez cette étape de trempage, vous pouvez les recouvrir d'eau chaude pour accélérer le processus. 
  3. Il est temps de commencer la cuisson. Préchauffer votre four à 200°c.
  4. Emincer l'oignon et presser l'ail, puis les disposer dans la coco autour du chou fleur. Saler et poivrer. 
  5. Parsemer le chou d'huile d'arachide, puis assaisonner de manière homogène avec le mix d'épices à l'aide d'un chinois. Le surplus d'épices devant se retrouver dans la crème de coco. Mélanger la sauce coco pour que les épices se dispersent bien. 
  6. Mixer les noix de cajou ou amandes en purée et étaler la purée sur le chou-fleur. 
  7. Envelopper bien votre plat avec du papier cuisson (meilleur pour la santé que le papier aluminium et évite au chou-fleur de noircir). 
  8. Enfourner le plat pour environ 1h de cuisson au four. Une fois le temps écoulé, vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau, le chou-fleur doit être très tendre.
  9. Poursuivre la cuisson pour encore 15min sans le papier cuisson, afin de dorer le chou-fleur.
  10. Vous pouvez servir, arroser de sauce et des accompagnements de votre choix. 

Bonne dégustation et n'hésitez pas à me faire vos retours si vous essayez la recette !